Sélectionner une page

Budget : étape 3 du plan vers la paix d’esprit financière

par | Juin 2, 2021 | 0 commentaires

Aidez-moi à diffuser mon contenu !

Le premier boulot de la personne qui désire créer un budget réaliste est de s’asseoir, se verser un bon café et lister ses entrées-dépenses. Le budget est typiquement un plan qui nous aide à gérer notre argent (Source). Pour diverses raisons, il a mauvaise réputation. J’en explique quelques unes dans mon livre. Je donne également des statistiques et des faits reliés à son utilisation afin de convaincre le lecteur de faire l’exercice et d’en effectuer le suivi.

Dans cet article, je vais partir du principe que vous avez saisi l’importance du budget. De plus, je vais imaginer que vous avez comme moi décider de percevoir le budget pour ce qu’il est : une permission de dépenser. Tout comme Martin Mate le disait dans sa célèbre publicité : un budget ? Bien oui, un budget… Évident, non ? 😉

Budget : lister les entrées et les sorties

Bon, normalement vous aurez assez de facilité à lister les entrées d’argent mensuelles. Notez votre ou vos salaires, vos revenus nets de travailleurs autonomes, les allocations familiales, les crédits d’impôts, vos revenus passifs, etc. Chaque dollar net compte !

Les sorties d’argent maintenant… Dépenser moins d’argent que la quantité qui entre est un classique de l’administration financière personnelle. Je dirais même une base minimum dans l’univers de la saine gestion de nos finances. ⁠Encore faut-il savoir combien d’argent net vous générez tous les mois. Vous le savez ? Merveilleux. C’était sûrement la partie la plus facile. Maintenant, savez-vous exactement combien vous dépensez d’argent tous les mois ? Si j’en crois Jean-Sébastien Pilotte du blog Jeune retraité, 90% des gens ne le savent pas ! 

Un moyen ‘’simple’’ de lister toutes les dépenses de la dernière année (question d’être en mesure d’effectuer une moyenne mensuelle pour une année standard couvrant tous les types de dépenses) en revisitant toutes vos factures… que vous n’avez sûrement plus. Vérifiez dans les archives de votre institution financière et sortez tous les relevés transactionnels des douze derniers mois (carte de crédit, compte courant). Cela s’avère être une autre option. Il restera toujours les dépenses effectuées avec l’argent comptant si vous utilisez ce type de monnaie d’échange. Mais bon, vous pourrez estimer les postes budgétaires. ⁠

*** Avertissement : cet exercice de traquer nos dépenses peut faire mal ! J’ai été sous le choc lorsque j’ai pris conscience de toutes mes dépenses, en effectuant cet exercice. Un mal nécessaire croyez-moi, mais je vous aurai avisé. 😉 ***

Vous avez débuté le listing de toutes vos dépenses pour la dernière année ? ⁠Avez-vous pensé à toutes les sorties au restaurant ? À tous les ajouts que vous mettez sans trop réfléchir en plus sur votre facture à la station d’essence ? Toutes vos taxes, vos assurances, vos abonnements mensuels (nous y reviendrons, c’est très important !), vos animaux et leurs besoins, vos remboursements de dettes, les loisirs des membres de votre famille ? Vos frais de transport, l’entretien de votre véhicule, permis de conduire, immatriculation ? Les cadeaux du temps des fêtes, les présents d’hôtes surprises ? Allez, on se casse la tête, on réfléchit et on écrit ! ;-)⁠

Quel outil utiliser pour réaliser son budget ?

Le fait de budgéter est un processus. Votre premier budget ne sera pas parfait. Vous allez l’adapter et l’améliorer avec le temps. J’ai beaucoup cherché sur le web et je n’ai pas réussi à trouver un budget qui me convenait.

J’ai donc monté moi-même un budget sur Excel que j’ai amélioré au fil des années. C’est amusant de revoir mes premières versions, beaucoup plus archaïques. Aujourd’hui, il est aussi simple que possible. Coloré pour me retrouver facilement. Aussitôt qu’un chiffre change, tous les pourcentages se modifient automatiquement. Je donne une version vierge de mon budget à tous mes étudiants en ligne et aux personnes que je mentore avec une vidéo expliquant comment l’utiliser. En mentorat, il est même possible que je l’accompagne mes clients pas à pas dans leur démarche. J’aide ainsi ces gens à démarrer beaucoup plus vite leur parcours budgétaire et la reprise en main de leur situation financière. 

Il est plus facile de regrouper les dépenses par catégorie dans un budget. Pour vous aider, voici des pistes de regroupement.

Première dépense du budget : l’habitation

Nous devons inclure dans ce regroupement tout ce qui touche notre besoin de base de se loger. Ainsi, vous devez créer une ligne budgétaire pour le prix de votre loyer ou le remboursement de votre hypothèque Tous les coûts de chauffage et d’électricité sur une autre ligne. Vos taxes municipales et scolaires si vous êtes propriétaire. Votre assurance habitation, votre assurance prêt hypothécaire ou tous produits financiers directement en lien avec votre habitation. Les frais de copropriété s’il y a lieu et/ou tous les frais d’entretien et rénovations. Payez-vous des meubles par tempérament ? Ils devront être inclus également.

Astuces pour la rédaction de ce poste budgétaire : personnellement, j’ai créé deux lignes. Une pour le remboursement des intérêts de mon prêt hypothécaire à l’institution financière et une seconde pour le remboursement en capital. Je veux connaître le moment d’argent perdu en intérêt. Cela me motive à rembourser plus rapidement mon hypothèque. Parce que plus vite je rembourse le capital, moins je paye d’intérêt. Vous pouvez consulter l’article « Comment rembourser son hypothèque plus rapidement » pour en apprendre davantage sur le sujet. L’article est disponible en cliquant ICI. Aussi, je conserve toutes vos factures de travaux et d’amélioration locative question de faire une moyenne mensuelle des dépenses de l’année.

Quelle maison pouvez-vous réellement vous offrir ?

Selon Statistique Canada, un ménage moyen dépense 26% de son revenu au regroupement de l’habitation. Dave Ramsey et son équipe recommande de dépenser un maximum de 25% pour ce besoin primaire. Information que j’aurai aimé connaître avant d’acheter ma première maison, croyez-moi. D’où l’importance de s’informer de créer davantage de littérature financière. Repousser le paiement hypothécaire ou étirer le nombre d’années pour payer son hypothèque est un grand piège à éviter. L’école Ramsey recommande de payer sa maison en un maximum de 15 ans et d’investir au minimum 20% en mise de fond à l’acquisition pour ne pas payer d’assurances prêt. Le tout en ne dépensant pas 25% de nos revenus.

 Soudainement, il y a-t-il un écart entre la maison que vous aimeriez acheter et celle que vous pouvez réellement vous permettre ? À cet effet, j’ai récemment écrit un article « Est-ce une bonne idée d’acheter une maison en 2021 » ? Vous pouvez consulter l’article en cliquant ICI.

Le transport

La deuxième plus grosse dépense des ménages canadiens est la catégorie du transport. Un peu plus du cinquième du budget des canadiens y serait consacré. Au chapitre 4 de mon livre, j’expose longuement comment il est facile de tomber dans un des plus grands pièges des finances personnelles lorsque vient le temps de se procurer un véhicule. 

L’école Ramsey recommande de ne pas disposer en valeur de tous nos véhicules  la somme la moitié de notre revenu net annuel. Incluant la voiture principale, vos autres voitures si tel est le cas, les véhicules récréatifs comme une moto ou motoneige, une roulotte de camping, etc. 

À travers mes recherches, j’ai appris que les personnes ‘’riches’’ achetaient principalement leur véhicule d’occasion avec trois ou quatre années d’usure. Ils évitent ainsi d’assumer le prix de la dépréciation du véhicule. Acheter ou louer une voiture neuve serait plutôt l’adage de la classe moyenne ou des super riches. Le saviez-vous ? Quand je vous dit qu’il faut tout questionner. Auparavant, pour moi, acheter une voiture neuve était synonyme de fierté. La culture nord-américaine qui survalorise la possession d’une automobile, l’identification à une marque comme le prolongement même de sa personnalité était entrée en moi sans que je m’en rende compte. 

Jean-Sébastien pilote affirme dans son excellent blogue Le jeune retraité (39 ans) comment ironiquement il est devenu « riche » tout en ayant eu l’air d’un « pauvre » toute sa vie (Lien). Ceci rappelle l’importance de prendre une distance par rapport au regard de l’autre. 

Quoi inclure dans le poste budgétaire transportation

Dans cette catégorie budgétaire, il est à propos de cumuler tout ce qui est en lien avec le transport. Le paiement de votre véhicule loué ou acheté, l’essence, les assurances, les frais pour le permis de conduire, l’immatriculation du véhicule, les frais d’entretien et de réparation. Il peut s’agir des frais de transport en commun, de taxi-Uber, de vos véhicules récréatifs. 

Une fois tout calculé, êtes-vous en dessous de la moyenne canadienne de 20% du revenu net ou au-dessus ? 

Le poste à travailler dans le budget : l’alimentation

La troisième plus grande catégorie de dépenses et non la moins importante est celle reliée au besoin de base de l’alimentation. Toujours selon Statistique Canada, un ménage canadien dépense en moyenne 15,3% de son budget à se nourrir. Ayoye pour moi ! Je vis seule avec mon enfant en garde partagée donc elle est présente la moitié du temps et je dépasse largement ce 15%.  

Dans cette catégorie, il faut inclure une ligne budgétaire pour l’épicerie, les restaurants autant la sortie du samedi soir que ceux sur le pouce en semaine, les cafés au travail, l’alcool. Encore une fois, une bonne façon de se rendre compte de la somme d’argent dépensée en restauration est de conserver toutes ses factures. La première fois que j’ai pris le temps d’écrire les dates, lieux et montant de la facture de chaque sortie au restaurant dans une année, c’était en 2018. J’ai été vraiment sous le choc. Je vous invite à effectuer l’exercice afin d’injecter de la conscience dans vos comportements. 

Mon budget hebdomadaire d’épicerie était trop élevé. Je ne m’en rendais pas vraiment compte. Encore une fois, je voulais que ma fille ne manque de rien et que le frigo soit plein à chacun de ses passages chez moi. Mais le frigo était plein comme pour une famille de quatre alors que nous ne sommes que deux. 

Ce n’est qu’en mars 2020 que j’ai réellement attaqué ce poste budgétaire. Nourri par la peur de la pandémie, à la vie des étalages presque vides dans l’épicerie et de la peur collective exposée dans les médias de masse, le prix de mon panier d’épicerie a considérablement augmenté. Nous n’allons plus au restaurant comme tout était fermé. Mon enfant n’allait plus à l’école et je débutais le télétravail massivement. Nous consommons donc tous nos repas à la maison. En un mois, j’ai dépensé plus que normalement à l’épicerie comparativement à toute la catégorie alimentation avant la pandémie. De plus, j’ai pris du poids. Je mangeais plus que de raison. Ceci a été pour moi mon élément déclencheur. 

Attention au gaspillage alimentaire

Comme pour tout changement de comportement, il faut d’abord une prise de conscience puis changer sa façon de penser. Je me suis renseignée sur le gaspillage alimentaire dont je vous ai parlé précédemment sur le blogue. Vous pouvez lire cet article en cliquant ICI.

Je suis revenue à une alimentation plus de base. J’ai cuisiné avec les ingrédients dont je disposais et n’achetais plus un item manquant pour une recette que je n’utiliserais plus et que j’allais finir par jeter à la date d’expiration.

J’ai planifié mes repas. Fait une liste d’épiceries. Acheter plus de marque générique. Tant et si bien que, tranquillement, en un an j’ai réduit les dépenses au poste budgétaire d’alimentation de moitié ! Nous nous nourrissons très bien ma fille et moi. Nous mangeons même plus de légumes qu’avant. J’ai perdu une dizaine de livres sans ajouter d’effort physique. Nous sommes tout aussi heureuses qu’avant. Je sensibilise ma fille au gaspillage alimentaire et aux ressources non limitées de notre mère terre. Bref, en injectant de la conscience dans mes choix, non seulement nous portons mieux ma fille et moi, mais en plus mes finances l’apprécient. J’ai pu rediriger cet argent vers la case épargne. 

Encore une fois, je vous invite à vous questionner. Vous situez-vous face à la moyenne canadienne de consommation de nourriture de 15% ?

L’habillement

Un autre besoin de base de l’humain est de se vêtir. Environ 6% des revenus nets d’un ménage canadien moyen est consacré à répondre à ce besoin. 

Je me sens un peu mal à l’aise pour parler d’habillement. Le commerce que j’ai tenu cinq ans était une boutique de vêtements. Ma motivation première a toujours été, comme prolongement de l’intervenante sociale en moi, d’aider à rendre les femmes plus à l’aise avec leur image corporelle. J’ai le don d’habiller de façon avantageuse les autres. J’ai aussi fait beaucoup de coaching sur l’estime personnelle aux cabines d’essayage. En tant qu’entrepreneure, j’ai appris rapidement qu’une cause sociale, aussi noble soit-elle, ne garantissait pas la rentabilité. J’ai dû travailler à vendre du volume de la fast-fashion. J’ai donc fait partie un temps de l’industrie marketing qui vendait des vêtements à volume pour maintenir le salaire des employés et les autres obligations du commerce. 

Bien avant le commerce, j’ai toujours été fascinée par la mode. L’habillement prenait une grande place dans mon budget. En fait, je n’en avais tout simplement pas pour cette catégorie budgétaire. Lorsque j’ai fermé boutique. Je ne me suis pas achetée un morceau pendant je pense près de deux ans. Cela m’a grandement aidé à rembourser plus rapidement mes dettes. 

Les changements que l’on vit depuis la pandémie du coronavirus changent également notre rapport à l’habillement. Nous sommes davantage à la maison pour le travail. Nous avons moins de sorties. Il nous est donc possible d’économiser davantage.

Ce qui est bien avec un budget, c’est qu’il nous donne l’autorisation de dépenser sans se sentir coupable. Chaque mois, j’ai une somme d’argent pour habiller ma fille et moi-même. Chaque mois je peux lui acheter le nécessaire avec joie.  Il est à propos d’inscrire une ligne habillement par membre de la famille. 

Les autres postes budgétaires

Peut-être avez-vous remarqué que plus de 67% du budget est déjà dépensé pour un ménage canadien moyen. 

L’épargne

L’épargne est la catégorie budgétaire qui figure en premier dans mon budget. Je vous suggère d’en faire tout autant. Nous rappelons ainsi à notre cerveau que nous nous payons en premier. La personne la plus importante de notre vie, c’est nous. La seule personne capable d’assurer les besoins financiers de notre moi futur.  

Quel pourcentage attribuer à l’épargne si nous nous considérons comme la personne la plus importante de notre vie. Si, comme ce concept de base en matière de finance personnelle, nous voulons nous payer en premier ?

Le célèbre livre écrit il y a près de 100 ans L’Homme le plus riche de Babylon (Lien) décrit l’idée qu’un homme de l’Antiquité est devenu riche parce qu’il a économisé tout sa vie le premier dollar sur dix dollars gagnés. Dave Ramsey conseille, une fois les dettes de consommation remboursées et son fond d’urgence constitué, d’économiser 15% de ses revenus en prévision de la retraite.

Pierre-Yves McSween affirme qu’un objectif d’épargne de moins de 20% n’est pas audacieux. Jean-Sébastien Pilotte a pu prendre sa retraite avant ses 40 ans avec un salaire moyen de 55 000$ par an en économisant de 50 à 60% de ses revenus (il vit à deux et sa conjointe qui travaillait à temps partiel générait possiblement la même échelle de revenu).

L’éducation

L’éducation est une autre catégorie budgétaire. Les frais de scolarité de tous les membres de la famille, le matériel pédagogique, les séminaires, etc. 

Les assurances

Les assurances vie, salaire, maladie sont également importantes à regrouper sous une même catégorie assurance. 

Les abonnements mensuels

Les divers abonnements que nous n’avons pas coupés en première étape de notre prise de pouvoir sur nos finances personnelles au chapitre 2 doivent se regrouper ici. Il s’agit d’internet, de la téléphonie, des abonnements à du contenu en continu, etc. 

Chacun des membres de la famille

Dans le budget que j’utilise et propose à mes étudiants, chaque membre de la famille a un regroupement budgétaire propre avec ses dépenses personnelles mensuelles, frais bancaires et ses particularités propres. 

La santé

Au Québec, nous disposons d’un régime de santé publique ce qui n’est pas le cas partout. 

Les frais reliés aux soins de santé sont en constante évolution selon l’institut de la statistique du Québec. Une catégorie incluant les frais de dentiste, de pharmacie, des médicaments, des soins à domicile, etc. est tout à propos dans un budget. 

Les animaux de compagnie, si vous en avez, doivent faire partie de votre budget. Que ce soit leur nourriture, les jouets, les frais de garde, les frais vétérinaires, les médicaments, etc. 

Les dépenses annuelles

J’inclus les présents dans le budget parce que chaque année reviennent les anniversaires, la période des fêtes, les cadeaux d’hôtes. Ainsi, chaque année j’ai un budget d’achat. Le plus difficile est de le respecter. Je souhaite toujours acheter plus. Ce qui est bien avec un budget est qu’il nous donne leur juste en temps réel. Lorsque je change le montant que je souhaite accorder en plus pour un cadeau, tous les pourcentages se modifient et je vois ce que je dois sacrifier pour augmenter un poste budgétaire : l’épargne. Alors, je peux me poser la question : est-ce que je veux épargner moins et ralentir l’attente de mes objectifs ? 

Les vacances annuelles, les sorties et les journées de ski sont à prévoir dans un poste budgétaire que je nomme vacances.  À chaque paye, un certain montant est réservé pour ses activités. 

Il est également important de redonner

Un avant dernier poste budgétaire pour les dons. Il n’est pas nécessaire d’attendre la dernière étape du processus de liberté financière pour redonner.  Pourquoi attendre d’être riche avant de redonner ? L’argent ne change pas les gens. Il ne fait que mettre en lumière nos traits de caractère comme un projecteur sur une scène.

Tony Robbins qui est passé de sans-abris à multimillionnaire, aidant via sa fondation plus de 50 millions d’américain sans domicile fixe des repas, dit ceci à propos du don : si vous ne donnez pas 10 cents sur un dollar. Vous ne donnerez pas un million sur 10 millions. C’est maintenant qu’il faut donner selon lui afin d’exercer notre cerveau à donner. Et chasser la pensée du manque. 

En rouge, les dettes

Le dernier et non le moindre que je coloris personnellement en rouge est la catégorie réservée au remboursement des différentes dettes. Je regroupe les dettes ensemble toute catégorie confondue. Parce qu’elles ont toutes en commun de vous soutirez de l’argent et vous empêchent de constituer un trésor. Inscrivez le solde minimum requis à payer pour chacune d’entre elles. 

Finalement, j’offre d’ailleurs un outils PDF vous aidant à rembourser le plus rapidement possible vos dettes à l’aide de la technique balle de neige. Vous pouvez télécharger ce fichier ICI si ce n’est pas déjà fait.

Vous désirez en savoir plus sur la manière dont nous enseignons à gérer ses comportements financiers ? Jetez un coup d’œil à notre article Un plan clair en 9 étapes simples (mais pas faciles) vers la paix d’esprit financière ICI.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Budget : étape 3 du plan vers la paix d’esprit financière

Le premier boulot de la personne qui désire créer un budget réaliste est de s'asseoir, se verser un bon café et lister ses entrées-dépenses. Le budget est typiquement un plan qui nous aide à gérer notre argent (Source). Pour diverses raisons, il a mauvaise réputation....

Comment rembourser son hypothèque plus rapidement

Pour faire lien à notre billet de blogue de la semaine dernière “Est-ce une bonne idée d’acheter une maison en 2021 ?” que vous pouvez lire en cliquant ICI, nous parlons encore cette semaine d’immobilier plus précisément de comment rembourser son hypothèque plus...

Le gaspillage alimentaire sous la mire

Le gaspillage alimentaire est un phénomène intriguant. D’un côté,  plusieurs personnes vivent de l’insécurité alimentaire, c’est-à-dire que leur accès aux aliments est limité ou incertain. Parallèlement, une quantité énorme de nourriture est produite. Mais au...

La paix d’esprit financière : un plan clair en 9 étapes simples (mais pas faciles)

La liberté financière, ce concept vous parle ? Mais par où commencer ? En décembre 2019, je suis tombée sur les réseaux sociaux par hasard sur le contenu de Dave Ramsey. Véritable phénomène en matière de finances personnelles aux États Unis depuis plus de trente ans,...