Sélectionner une page

Le gaspillage alimentaire sous la mire

par | Mai 4, 2021 | 0 commentaires

Aidez-moi à diffuser mon contenu !

Le gaspillage alimentaire est un phénomène intriguant. D’un côté,  plusieurs personnes vivent de l’insécurité alimentaire, c’est-à-dire que leur accès aux aliments est limité ou incertain. Parallèlement, une quantité énorme de nourriture est produite. Mais au travers tout le long de la chaîne de production, distribution et consommation, de lourdes pertes se produisent soit environ le tiers (Source). 

N’est-ce pas ironique que dans un pays riche possédant toutes les ressources nécessaires pour assurer un accès à la nourriture à toute sa population comme le Canada, plusieurs citoyens peinent à se nourrir pendant que la ressource est gaspillée ?

Un pays d’extrême

Au Canada, un grand nombre de personnes ne mangeaient pas à leur faim. Selon Statistique Canada, un Canadien sur sept en a souffert durant la pandémie (Source). Une personne sur deux en 2021 ayant recours aux banques alimentaires pour la première fois se retrouve en situation d’insécurité alimentaire grave (Source).

Avec cette période de confinement où les salles à manger des restaurants sont souvent fermées et le télétravail obligatoire, nous mangeons inévitablement plus à la maison. J’ai été surprise d’apprendre qu’environ 63 % des résidus alimentaires produits chez nous sont jetés ou compostés plutôt que d’être consommés (Source) !

63 % des résidus alimentaires produits chez nous sont jetés ou compostés plutôt que d’être consommés
63 % des résidus alimentaires produits chez nous sont jetés ou compostés plutôt que d’être consommés

Tout au long du processus alimentaire, de la nourriture se perd. Recyc Québec affirme : 

“Au Canada, 58 % de la nourriture est jetée tout au long de la chaîne alimentaire, de la fourche à la fourchette, pour un total de 35,5 millions de tonnes. Une part de cette énorme quantité est constituée de résidus inévitables comme les os et les coquilles d’œufs.

Toutefois, on évalue à 11,2 millions de tonnes la quantité de résidus évitables, soit d’aliments qui auraient dû petre mangés ou données (ex. : à des banques alimentaires) plutôt que jetés. Cela représente suffisamment de nourriture pour nourrir toutes les personnes habitant au Canasa pendant 5 mois.”

Le gaspillage alimentaire, ça coûte cher

Saviez-vous que les familles québécoises jettent en moyenne l’équivalent de 771 $ de nourriture par année (Source)? 771$, c’est 2,5 fois plus qu’un américain moyen ! 771$, c’est en dollar après impôt et non à soustraite de votre revenu brut. En plus des impacts sociaux et environnementaux, le gaspillage alimentaire nous coûte cher. 

Lorsque je travaillais en maison d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale, dans ma jeune vingtaine, j’assistais à des ateliers sur le gaspillage alimentaire offerts aux femmes hébergées. J’ai entendu que jeter de la nourriture était la même chose que de jeter de l’argent. Mais en avais-je vraiment pris conscience ?

Portez attention à cette fuite financière est une clé.

Jeter de la nourriture, c'est entre autres mettre de l'argent net à la poubelle.
Jeter de la nourriture, c’est entre autres mettre de l’argent net à la poubelle.

Le budget à la rescousse

Je n’ai pas réellement réalisé l’ampleur de mon manque de rigueur budgétaire sur le poste de l’alimentation avant le premier confinement de covid-19 en mars 2020. Je suivais déjà mon budget depuis quelques années. Mon poste budgétaire alimentation était toutefois nettement supérieur à la moyenne nord-américaine sans le savoir. 

Avec le confinement, la période d’incertitude et le climat de peur généralisé avec des étagères vides entières à l’épicerie (une première dans mon existence), j’ai eu envie comme les autres de faire des réserves au cas où. J’ai augmenté mon budget épicerie en justifiant fermer celui restaurant comme ils n’opéraient plus. Mon enfant n’allait plus à l’école et je débutais le télétravail massivement. Nous consommons donc tous nos repas à la maison. En un mois, j’ai dépensé plus que normalement pour toute la catégorie alimentation avant la pandémie, et ce, seulement à l’épicerie cette fois.

Résultats ? J’ai pris du poids. J’ai jeté de la nourriture. Mon épargne en a souffert. Quelque chose ne fonctionnait pas et devait changer. J’ai donc orienté mon attention sur ce poste budgétaire. 

J’ai effectué des recherches. Toujours selon Statistique Canada, un ménage canadien dépense en moyenne 15,3% de son budget à se nourrir (Source). Ayoye pour moi ! Je vis seule avec mon enfant en garde partagée donc elle est présente la moitié du temps et je dépasse largement ce 15%. 

Vos fuites budgétaires ne sont pas là où vous le croyez

Pour économiser de l’argent, les gens croient souvent à tort qu’il faut couper dans tous leurs petits plaisirs. Comme un régime alimentaire, ils se privent de sorties, de leurs plaisirs… Pour rapidement y retourner. Ils conçoivent ensuite l’exercice du budget comme restrictif au lieu de le voir pour ce qu’il est : une permission de dépenser. 

Vous connaissez le principe de Pareto (Source) ? Ce phénomène observe dans de nombreux domaines que 80 % des résultats sont produits par 20% des efforts. Il en est de même pour nos finances personnelles. La grande majorité de nos fuites budgétaires se retrouvent dans les trois plus gros postes budgétaires : l’habitation, le transport et l’alimentation. Injecter de la conscience dans ces trois postes, poser des actions concrètes dans ces trois sphères et vous verrez votre situation financière s’améliorer. 

Dans le poste budgétaire de l’alimentaire, n’oubliez pas d’inclure tout ce y a attrait à s’alimenter : l’épicerie bien sûr, les sorties au restaurant, le café pris sur la route, l’alcool, etc.

Dans le poste budgétaire de l'alimentaire, n’oubliez pas d’inclure tout ce y a attrait à s’alimenter : l’épicerie bien sûr, les sorties au restaurant, le café pris sur la route, l’alcool, etc.
Dans le poste budgétaire de l’alimentaire, n’oubliez pas d’inclure tout ce y a attrait à s’alimenter : l’épicerie bien sûr, les sorties au restaurant, le café pris sur la route, l’alcool, etc.

Des pros du budget alimentaire

Je suis membre d’un groupe Facebook sans cesse grandissant que j’adore L’argent ne dort jamais. Les membres du groupe discutent ensemble de tous les sujets en lien avec les finances personnelles et l’argent dont la très importante partie alimentation. Certains membres m’impressionnent. Ils dépensent moins de 50$ par semaine d’épicerie. Certains 125$ par semaine pour des familles de 4 ou 5 membres !  Je n’en reviens tout simplement pas. Je vous invite à rejoindre ce groupe si vous souhaitez participer à ce genre de discussion. 

Philippe Couillard, alors chef du Parti libéral du Québec en 2018, affirmait qu’il était possible au Québec de nourrir une famille de trois personnes pour 75$ par semaine (Source). François Lambert dragon et maintenant célébrité avait parlé de lui en affirmant qu’effectivement il dépense moins de 75$ par semaine pour se nourrir avec ses deux ados (Source)(Source). La réaction venait du fait que plusieurs trouvaient ce montant trop peu pour être réaliste.

Le fait que Philippe Couillard médecin et homme politique est perçu comme bien nanti peut en partie en être la cause. François Lambert, quant à lui, posséderait plusieurs millions. Pour écouter régulièrement son contenu, François Lambert est un homme qui cuisine beaucoup… Et qui déteste perdre de l’argent. Il s’organise assurément pour jeter le moins possible de nourriture afin d’éviter de jeter de l’argent aux vidanges. Salutations au livre Les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez !

L'épicerie est un incontournable budgétaire. Il est très facile d'y dépenser.
L’épicerie est un incontournable budgétaire. Il est très facile d’y dépenser.

Mes pistes de solutions

Personnellement, je suis revenue à une alimentation plus de base. J’ai listé les plats que nous aimons et nous les préparons en rotation. Je cuisine avec les ingrédients dont je dispose et n’achète plus un item manquant pour une recette d’un soir que je n’utiliserais plus et que j’allais finir par jeter à la date d’expiration. Ensuite, mes repas sont dorénavant planifiés à l’avance. Fini les visites de dernière minute à l’épicerie pour acheter un plat préparé sur place. En raison de la pandémie, j’effectue l’épicerie une fois par semaine. J’ai remarqué qu’y aller mois réduit mes dépenses alimentaires. Ma fille et moi écrivons une liste d’épiceries au fur et à mesure que nous manquons d’un ingrédient dans la semaine.

J’achète de plus en plus de marques génériques. Souvent, les produits génériques sont fabriqués par les grandes marques. Nous payons sensiblement pour le même produit moins le marketing. Tant mieux, parce que le marketing ne possède pas de valeur nutritionnelle. Finalement, je fréquente qu’une seule épicerie. Je ne fais pas le tour et je ne consulte pas les circulaires. Ce sont des astuces qui fonctionnent pour plusieurs. Je ne commande jamais de boîte repas. 

La planification des repas est une habitude qui vous fera gagner temps et économiser de l'argent.
La planification des repas est une habitude qui vous fera gagner temps et économiser de l’argent.

 Tant et si bien que, tranquillement, en un an j’ai réduit les dépenses au poste budgétaire d’alimentation de moitié ! Nous nous nourrissons très bien ma fille et moi. Nous mangeons même plus de légumes qu’avant. J’ai perdu une dizaine de livres sans ajouter d’effort physique. L’argent dégagé par ces économies est redirigé dans le budget épargne. J’enseigne en profondeur dans mon livre à venir et mes formations l’utilité du budget et son utilisation. Le budget fait partie intégrante d’un plan vers la liberté financière telle que conçue par vous. Vous pouvez en apprendre plus sur ce plan en consultant l’article Un plan clair en 9 étapes simples (et pas faciles) vers la paix d’esprit financière.

Quelques astuces pour réduire notre gaspillage alimentaire

Pour souligner la journée de la Terre 2021, mon employeur a couvert le thème du gaspillage alimentaire. Voici les conseils proposés dans mon intranet : 

Planifier : Faites l’inventaire du garde-manger et du frigo avant de vous rendre à l’épicerie et dressez une liste complète que vous respecterez. Ceci vous aidera à planifier les repas de la semaine sans succomber aux achats impulsifs qui pourraient se retrouver à la poubelle.

Organiser : Regroupez les produits par types d’aliments dans votre frigo et votre garde-manger et mettez en avant ce qui doit être consommé plus rapidement. De plus, privilégiez l’utilisation de contenants transparents, ce qui vous aidera à ne rien oublier.

Tout utiliser : Utilisez les restes pour préparer des repas « touski ». C’est une délicieuse façon de  sauver les aliments. Il faut aussi éviter de jeter les aliments trop rapidement. En effet, la date de péremption n’est pas une garantie de salubrité des aliments.

Conserver : Congeler les aliments et les restes pour prolonger leur durée de conservation, c’est futé! Il est facile de répartir le tout en portion individuelle pour les déguster plus tard. Portez aussi attention à la meilleure façon de conserver les aliments périssables.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Budget : étape 3 du plan vers la paix d’esprit financière

Le premier boulot de la personne qui désire créer un budget réaliste est de s'asseoir, se verser un bon café et lister ses entrées-dépenses. Le budget est typiquement un plan qui nous aide à gérer notre argent (Source). Pour diverses raisons, il a mauvaise réputation....

Est-ce une bonne idée d’acheter une maison en 2021 ?

Je ne connais pas de sujet plus controversé en matière de finance personnelle que le bon vieux débat à savoir s’il est préférable de louer une habitation ou d'acheter une maison. C’est pour cela que, bien honnêtement, j’ai écrit ce chapitre de mon livre en dernier. Je...

Le gaspillage alimentaire sous la mire

Le gaspillage alimentaire est un phénomène intriguant. D’un côté,  plusieurs personnes vivent de l’insécurité alimentaire, c’est-à-dire que leur accès aux aliments est limité ou incertain. Parallèlement, une quantité énorme de nourriture est produite. Mais au...

5 rituels puissants menant au succès par Robin Sharma

Un rituel (Lien) est une action répétée sur une base régulière. Le succès n’apparaît pas du jour au lendemain. La répétition de comportements clés offre un effet cumulé conduisant à la réussite. Robin Sharma (Lien) se décrit comme un leader au service des leaders. Ce...

La paix d’esprit financière : un plan clair en 9 étapes simples (mais pas faciles)

La liberté financière, ce concept vous parle ? Mais par où commencer ? En décembre 2019, je suis tombée sur les réseaux sociaux par hasard sur le contenu de Dave Ramsey. Véritable phénomène en matière de finances personnelles aux États Unis depuis plus de trente ans,...